1014070_1417372205196206_8848896900169887078_n

Et si on découvrait le Tai chi chuan?

Le Tai chi chuan est extrêmement populaire en Chine, où on le pratique dès l’aube,dans les parcs et les jardins. Cet art martial interne très sophistiqué, gage de santé et de longévité, conjugue la relaxation dans le mouvement, la concentration dans la détente et la maîtrise de soi. L’idéal pour retrouver calme et sérénité………Lisa Beys

Des origines lointaines
Le «Taiji Quan» serait originaire de la région du Hubei, berceau du Taoïsme, et plus précisément du Mont Wudang. Il existe plusieurs hypothèses sur l’origine du Tai Chi Chuan, mélange de philosophie et de techniques physiques mêlées au travail du souffle. Ses origines précises sont difficiles à déterminer et se perdent dans les transmissions orales traditionnelles. Mais l’histoire raconte qu’il aurait été inventé par un moine guerrier au XVe siècle.

 

Des écoles différentes
Il existe plusieurs styles de Tai Chi Chuan, auxquels correspondent de grandes écoles. Le style Wudang est considéré comme le plus ancien. Le plus populaire actuellement est le style Yang, crée par Yang Luchan. Les écoles issues du Tai Chi Chuan Yang sont très nombreuses et proposent un style différent et personnalisé.

Un enchaînement de postures
Cet art martial non violent consiste en la répétition de mouvements très lents. L’objectif est d’affiner son énergie vitale (le chi). Les mouvements ont à la fois une application martiale (esquives, parades, frappes,etc.) et énergétique. «ASSOUPLISSEMENT, COORDINATION DES GESTES, APAISEMENT… LES SÉRIES DE MOUVEMENTS ONT DE NOMBREUX BIENFAITS SUR LE CORPS»

Le Tai Chi Chuan se pratique à mains nues, mais est associé à des arts utilisant des armes (éventail, épée, sabre, lance). C’est un savant mélange de gestes et de postures, réalisés en enchaînements. Il évoque à la fois une danse lente et un combat au ralenti. Le principe est simple. Il s’agit d’effectuer des gestes lents et souples. Ceux-ci doivent impérativement être faits de manière continue, afin d’éviter les saccades et les arrêts brutaux. Les enchaînements peuvent parfois comporter jusqu’à cent mouvements différents!

Retrouver un lien positif avec son corps
La respiration est également au centre des exercices. Celle-ci doit être lente et profonde. Les séances durent environ une demi-heure à une heure et ont lieu généralement deux à trois fois par semaine. Contrairement à ce que l’on peut croire, les mouvements ne sont pas aléatoires: ils sont codifiés et les enchaînements font partie de l’enseignement.
Dans l’ensemble, si les mouvements varient, les règles de base restent les mêmes: par exemple garder le sommet du crâne vers le haut, laisser les épaules tomber, ne pas utiliser la force, rester toujours relaxé, garder les articulations souples et réaliser des mouvements fluides.


Comment le pratiquer?
Le Tai Chi se destine à tous, jeunes ou plus âgés, agités qui souhaitent retrouver le calme ou ceux qui ont du mal à se concentrer. Ainsi, il a l’avantage d’être accessible au plus grand nombre: nul besoin d’être un athlète accompli pour débuter. Les mouvements de détente et d’étirement se font au ralenti, en douceur et sans résistance. On respire de façon abdominale et on prend conscience de chaque partie du corps (flexion des genoux, relâchement des épaules ou des mains). En dojo, on répète les mouvements en groupe, puis tout dépend du professeur. Il peut choisir de faire travailler les participants en binôme, et d’y associer des mouvements de Qi Gong (prononcer «Tchi- Qong»).

Le Qi Gong
Littéralement, cela signifie «travail» ou «maîtrise de l’énergie». Cette pratique d’origine chinoise consiste en une série d’exercices respiratoires ou de mouvements lents qui favorisent l’autoguérison. Les principes de base sont: une harmonie des gestes et de la respiration (que l’on atteint grâce à des mouvements circulaires progressifs); une respiration qui se travaille en profondeur, avec régularité, et qui doit être abdominale; et, enfin, la concentration de l’esprit afin d’améliorer son développement spirituel. Une séance de Tai Chi peut être associée par exemple avec quelques exercices de Qi Gong statiques. Le Qi Gong réunit autour de lui de plus en plus de pratiquants (plus de cent mille aujourd’hui, dont 80% de femmes), il intéresse également beaucoup la médecine, la science en général. Il peut aider certains malades à l’hôpital ou au sevrage des toxicomanes en milieu carcéral.


Les bienfaits du Tai Chi sur la santé
Les bienfaits de cette gymnastique sont réels. Les enchaînements de mouvement vont développer à la fois la souplesse, la coordination, et de manière générale le dynamisme. De plus, les techniques respiratoires et les mouvements souples permettent une relaxation profonde. Il est d’autant plus efficace si les mouvements sont pratiqués en plein air. Assouplissement, coordination des gestes, relâchement, apaisement… Les séries de mouvements, plus ou moins lents, ont de nombreux bienfaits sur le corps. Le Tai Chi permet aussi d’avoir une meilleure perception de soi et d’être très détendu.

Une pratique adaptée aux seniors… mais pas uniquement!
Chez les seniors, il permet d’améliorer l’équilibre et fait travailler la mémoire: les enchaînements de Tai Chi doivent s’apprendre, se retenir, par petites bribes rajoutées les unes aux autres, sur de longs mois, voire des années. Il prévient les chutes chez les personnes âgées. Il permet aussi de réduire les risques cardio-vasculaires. Il permet, chez les plus jeunes notamment, de prendre conscience de chaque partie de son corps. Pour les adolescents, il permet aussi de gérer le stress et d’apaiser nervosité et colère. La pratique collective, lors des exercices de groupe, renforce aussi la cohésion dans l’exercice. Le fait que les pratiquants soient issus de générations différentes en est aussi une force.

10313817_1417371861862907_7531055908668773251_n

Des effets sur le long terme
A la fin d’une séance, on éprouve une sensation de chaleur et de bien-être. A long terme, on se sent plus alerte, mieux en forme. Pour trouver le mouvement juste, une position tenue sans effort, on doit travailler en total relâchement. Le travail respiratoire enseigne à bien placer son diaphragme et à conduire son souffle. Les mouvements réalisés en étirements apportent souplesse, tonicité, renforcent les tendons et les muscles. C’est une discipline qui permet de progresser tout en apprenant beaucoup sur nous-mêmes, notre corps, notre respiration. Grâce au Tai Chi Chuan, on devient plus attentif à notre position et à nos mouvements au quotidien. Mais il enseigne aussi persévérance et patience…….à suivre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation